LE FORUM A FERMÉ SES PORTES EN DECEMBRE 2013. IL RESTE ACCESSIBLE EN LECTURE LIBRE MAIS IL N'EST DESORMAIS PLUS POSSIBLE D'Y POSTER OU DE S'Y INSCRIRE.


Mort

Venez partager ici vos techniques et les exercices que vous appreciez

Modérateurs : Marv, Kroum, Modérateurs

Re: Mort

Message par Blodeuedd » Mar 12 Fév 2013 09:34

Mon point de vue personnel (pour ce que ça vaut donc), c'est que de toute façon on est toujours un peu seul, même si on ne l'est jamais vraiment. Idem, on ne perdure sans doute pas comme on le voudrait. Que peut-on vraiment attendre des autres et du monde autour de nous dans ces optiques-là ? Sans doute un peu tout et rien à la fois... Mais est-ce que déjà, être avec soi-même, dans l'instant, ce n'est pas un début important ? Je n'ai aucune idée de pourquoi tu fais ce rêve depuis longtemps, en ayant toujours le même âge, ni de pourquoi cette impression concernant ta mort. Rêver de mort ça ne veut pas forcément dire qu'on va mourir, et la mort peut parler de beaucoup d'autres choses qui se tiennent en silence dans son ombre. Si ce n'est pas un souci pour toi au quotidien, et en l'état actuel des choses, c'est déjà pas mal. Après il y a peut-être à creuser et travailler sur ces questions (une fois mort, le souvenir, ce qui reste, le sentiment de tristesse, etc.). Parce que peut-être que pour le moment ce n'est pas tant problématique que ça, peut-être qu'une fois que tu seras rendu cela ne le sera plus. Mais peut-être que sur l'instant, quant tu n'auras plus la sécurité du pont sous tes pieds, tu auras peut-être plus de chance de pouvoir éviter la noyade si tu es plus serein face à tout ce qui était avant et ce qu'il pourrait y avoir après, en étant présent à toi-même et à la situation plus qu'à tout le reste. Que les images représentent quelque chose de symbolique ou pas, que tu y arrives ou pas, personnellment c'est l'impression que j'ai dans l'histoire. Le fait que la vie est effectivement précieuse, qu'on ne sait pas ce qu'il en restera, mais que ce serait dommage d'en louper des passages (se voir plus une fois mort, avec l'impression qu'on zappe ce qui y a amené), voire de ne pouvoir faire autrement, parce qu'on était déjà trop ailleurs (entre autres, les impressions prenantes d'avant sur ce qui allait se passer, le malaise du vide d'après). Enfin bref, je ne sais pas si c'est très clair. (Edit : Et je précise que quand je parle de vie préciseuse, à habiter, c'est dans tous ses aspects et sans vraiment de considérations du genre des bonnes et des mauvaises méthodes, buts, etc. Juste pouvoir trouver son équilibre, ne pas se trouver juste qu'à "subir" les choses.)
Blodeuedd
 

Re: Mort

Message par Corinne » Mar 12 Fév 2013 22:54

Bonsoir Marv,

Tout d'abord, merci d'avoir répondu à mes questions, je ne m'attendais pas à avoir de réponses...si je te les ai posé, c'était pour essayer de t'orienter vers une piste de réflexion personnelle...

Quand j'avais aux alentours de la vingtaine, j'étais persuadée que j'allais mourir à 25 ans. C'était une certitude ! et l'année de mes 25 ans j'ai même commencé à rangé mes affaires et préparé des lettres d'adieu pour ma famille et mes amies...à cette époque, j'étais en thérapie depuis plus d'un an et le sujet principal de mes séances était ma mort prochaine, mon corps sans vie, ma vie sans vie... et un jour mon thérapeute m'a posé une question : "Qui, dans votre famille, est mort à l'âge de 25 ans ?". Cette question m'a choquée, sur le moment, car j'avais l'impression qu'il ne me croyait pas, alors j'ai cherché des réponses, pour lui prouver qu'il avait tort. Et là :fouet: :fouet: j'ai appris, qu'il y avait eu, du côté de la famille de mon père, un de mes cousins, que je n'ai jamais connu, qui s'était suicidé à l'âge de 25 ANS.... c'était devenu un sujet tabou, secret, personne n'en parlé... j'ai eu beaucoup de mal à obtenir l'info !

Dans les histoires des familles, il y a toujours de l'inconscient qui circule, et les personnes sensibles peuvent capter parfois les "fantômes" familiaux ("fantôme", dans le langage psychanalytique signifie les "non-dits"). Renseignes-toi si dans ta famille (côté de ton père et de ta mère) il n'y aurai pas eu un décès "caché", une personne morte à l'âge de 30 ans dans une noyade, puisque c'est comme cela que tu décris ta mort....

Tu ne te poses pas de questions sur la mort par hasard, tu ne rêves pas de ta mort pour rien...il y a une raison et tu dois la découvrir, derrière les cauchemars se cachent toujours un cadeau....une évolution!

Bonnes recherches,

Namaste,
Corinne
"N'ayez pas peur des ombres. Elles veulent simplement dire qu'il y a une lumière quelque part à proximité"
Ruth E. Renkee
Avatar de l’utilisateur
Corinne
 
Message(s) : 78
Inscription : Lun 28 Jan 2013 23:19
Localisation : Ici et maintenant

Re: Mort

Message par Marv » Ven 15 Fév 2013 04:29

D'un côté tu dis ne pas être touché par ce rêve et de l'autre tu entretiens une telle conviction en ta propre mort prématurée...


Faut pas mêler les choses, j'ai associer 2 événements complètement différent, le fait de croire/penser/sentir que je vais mourir jeune n'est pas lier à ce rêve, c'est un sentiment différent, ensuite, ce rêve, je l'oublie...puis il revient, puis pendant 2 ans, plus rien, ensuite je vais le faire 5-6 ou 7 fois dans les 2-3 prochains mois, ensuite ça reviendra que l'an prochain et ainsi de suite, c'est pas un truc que je fais chaque jours, cela dit, le sentiment de vide, j'en parle souvent, à des proches, que j'ai l'impression que mon histoire ne ce pousuivra pas bien longtemps encore.

Ici dans ma démarche intellectuel, j'ai associer ce rêve à un sentiment généralisé, en me questionnant, est-ce lier, oui ou non? Et non pas que ce rêve me perturbe à ce point.

A nourrir l'idée que ta vie s'arrêtera à 30 ans tu attires également les influences pour que cela arrive. Beaucoup de personnes confondent destin et choix. Les deux ne sont pas incompatibles. Sauf que si le destin doit t'ôter la vie ainsi il le fera que tu y croies où non, tandis que si ta conviction travaille en ce sens c'est que que nous appelons un "auto-envoûtement".


Tu connait le fameux paradoxe de l’œuf ou la poule? qu'est-ce qui viens en premier? Ici, cela pourrait être le cas, en extrapolant, c'est mon auto envoûtement perso ou le fait que cela arrivera qui me force à m'auto envouter, dans un sens, je sais que si je lance une roche dans l'eau, il y aura des vagues, le fait de ne pas lancer la roche ne change rien à ce fait, je pense mourir avant la 30aine, que je le pense ou pas, si cela doit arriver ça arrivera, auto envoûtement ou pas. Il n'est pas impossible aussi de provoquer un événement involontairement, volontairement ou du moins, comme il était supposé ce produire, en continuant d'extrapoler, cela signifie que je peut m'auto envouter car cela doit arriver et doit me mener à une fin précoce faisant partie d'un processus. Si une voyante te dit, un matin, à l'age de 24 ans, tu périra...si cela arrive, est-ce que ce sera car la voyante te l'a dit ou car cela devait arriver? À qui la faute....?

Faut comprendre que tous ceci n'est qu'un exercice, rien n'est simple et rien ne devrait l'être, j'ignore si je vais vraiment mourir jeune, si je m'auto envoûte ou si cela n'est qu'une manifestation d'un problème émotionnel plus grave refoulé en moi depuis ma tendre enfance, si je le savait, nous n'en parlerions sans doute pas ;)

Tout d'abord, merci d'avoir répondu à mes questions, je ne m'attendais pas à avoir de réponses...si je te les ai posé, c'était pour essayer de t'orienter vers une piste de réflexion personnelle...


Et si j'y est répondu c'était pour amener la discutions à évoluer, une façon de vous/t'en apprendre d'avantage sur ma pensé et mon état en général vis à vis cela.

Dans les histoires des familles, il y a toujours de l'inconscient qui circule, et les personnes sensibles peuvent capter parfois les "fantômes" familiaux ("fantôme", dans le langage psychanalytique signifie les "non-dits"). Renseignes-toi si dans ta famille (côté de ton père et de ta mère) il n'y aurai pas eu un décès "caché", une personne morte à l'âge de 30 ans dans une noyade, puisque c'est comme cela que tu décris ta mort....


Écoute, avec le genre de famille que j'ai, il serait TRÈS étonnant que je n'est pas ce genre d'info, ce que je peux te dire cependant, c'est que j'ai un cousin qui s'est suicidé à l'âge de 19ans, alors que j'en avait 11, mon parrain est mort dans la 40aine alors que j'avais 15 ans, mon oncle est mort dernièrement alors que j’habitai et habite toujours sa maison, avec seulement ma tante depuis, 3 ami de ma mère sont mort dans les dernières années, l'un chez qui j'ai habité presque 3 ans, les 2 autres que j'ai connu sporadiquement, hum...le frère de mon meilleur ami est mort l'an passé, je l'avais vue que 2-3 fois dans ma vie, mon grand père est mort aussi l'an passé, j'étais plus proche de lui que tous ses autres petits enfants, sinon, ça doit bien faire le tour des morts qui aurait ou qui m'ont peut-être marqué. Ha aussi, ma mère a fait plusieurs tentative de suicide mais ironiquement, a passé à travers 6 cancers pour ce retrouver dans le journal du Québec, il y a une 10aine d'année, l'on m'avais annoncé sa mort prochaine alors que j'avais 12ans et que j'habitais un centre d’accueil et n'avais, à l'époque, pas de père. Probablement que ça, oui...aura été un élément marquant de ma vie...sinon..elle avait 35 ans à l'époque et non pas 27.

Je ne pense pas que ce soit lier.

Vous le savez peut-être pas mais j'y vois déjà plus claire avec vous tous, je ne me questionnais pas seul sur les raisons, enfin, je ne me posais pas les bonnes questions, vous le faite et c'est pour cela que mon post avant celui-ci répondait à vos question, j'essayais de voir jusqu'où cela pouvait allez, c'est un travail difficile que de s'auto évaluer, parfois, de l'aide extérieur n'est pas de refus.

Plus j'y pense, plus je crois que cela est fortement lier à ma mère, je suppose que dans mes rêves j'ai mon âge approximative alors qu'il n'est pas impossible de croire qu'il s'agit de moi à 35 ans, les hommes n'ont pas beaucoup de changement physique dans cette période de la vie, quelques cheveux blanc mais en général, on ce ressemble assez.

Possible, la peur de vivre ce que ma mère a vécu ou quelques choses est mort en moi à cette époque, d'ailleurs, je crois que ça date pas mal de cette époque, le début des rêves....

Sinon, si jamais c'est lier...je dois faire quoi lol...de la méditation ou quoi..juste le savoir ou le pensé, je suis pas certain que ça y change grand chose... :|
Image
Avatar de l’utilisateur
Marv
Modérateur
 
Message(s) : 164
Inscription : Mar 22 Mai 2012 05:13
Localisation : Canada/Québec/Quebec

Re: Mort

Message par Marv » Ven 15 Fév 2013 04:45

Blodeuedd a écrit :Mon point de vue personnel (pour ce que ça vaut donc), c'est que de toute façon on est toujours un peu seul, même si on ne l'est jamais vraiment. Idem, on ne perdure sans doute pas comme on le voudrait. Que peut-on vraiment attendre des autres et du monde autour de nous dans ces optiques-là ? Sans doute un peu tout et rien à la fois... Mais est-ce que déjà, être avec soi-même, dans l'instant, ce n'est pas un début important ? Je n'ai aucune idée de pourquoi tu fais ce rêve depuis longtemps, en ayant toujours le même âge, ni de pourquoi cette impression concernant ta mort. Rêver de mort ça ne veut pas forcément dire qu'on va mourir, et la mort peut parler de beaucoup d'autres choses qui se tiennent en silence dans son ombre. Si ce n'est pas un souci pour toi au quotidien, et en l'état actuel des choses, c'est déjà pas mal. Après il y a peut-être à creuser et travailler sur ces questions (une fois mort, le souvenir, ce qui reste, le sentiment de tristesse, etc.). Parce que peut-être que pour le moment ce n'est pas tant problématique que ça, peut-être qu'une fois que tu seras rendu cela ne le sera plus. Mais peut-être que sur l'instant, quant tu n'auras plus la sécurité du pont sous tes pieds, tu auras peut-être plus de chance de pouvoir éviter la noyade si tu es plus serein face à tout ce qui était avant et ce qu'il pourrait y avoir après, en étant présent à toi-même et à la situation plus qu'à tout le reste. Que les images représentent quelque chose de symbolique ou pas, que tu y arrives ou pas, personnellment c'est l'impression que j'ai dans l'histoire. Le fait que la vie est effectivement précieuse, qu'on ne sait pas ce qu'il en restera, mais que ce serait dommage d'en louper des passages (se voir plus une fois mort, avec l'impression qu'on zappe ce qui y a amené), voire de ne pouvoir faire autrement, parce qu'on était déjà trop ailleurs (entre autres, les impressions prenantes d'avant sur ce qui allait se passer, le malaise du vide d'après). Enfin bref, je ne sais pas si c'est très clair. (Edit : Et je précise que quand je parle de vie préciseuse, à habiter, c'est dans tous ses aspects et sans vraiment de considérations du genre des bonnes et des mauvaises méthodes, buts, etc. Juste pouvoir trouver son équilibre, ne pas se trouver juste qu'à "subir" les choses.)


C'est une très belle réponse, je te dirais qu'ultimement, mourir seul, ne rien laisser derrière moi, après moi, n'être qu'un souvenir, qu'une vague impression, c'est ce qui me fait peur, j'ai souvent dit à mes amis, je vais faire un truc incroyable un jour et le monde ce souviendra de moi, je ne veux pas être oublier.

Donc bon, les films de super-héros m'affectait sans doute à l'époque, il est évident que je ne sauverai pas le monde et que je n'aurai pas une statue commémorative de moi dans toute les villes du mondes, cela dit, n'en demeure pas moins que je me sent seul, même si j'ai des gens autour de moi, c'est encré en moi et j'ai peur de mourir avec ça en moi, de n'avoir jamais pu m'en débarrasser, d'être restez seul, fermer toute ma vie et de mourir ainsi, dans l'oublie, dans le noir le plus total, sans personne à aimer, sans personne qui ne t'aime.

Cela commence par la perte des membres de ma famille, je le réalise de plus en plus, j’expliquai dernièrement à ma mère que d'une certaine manière, quand un proche décédais, une partie de nous mourrait en même temps, c'est comme ça que je ressent et que je vois les choses, car ce que je suis aujourd'hui est la résultante d'une influence commune avec mon entourage, comme tous le monde sur cette terre et moi, je m'identifie beaucoup à mon entourage et j'ai l'impression que si je devais vivre vieux, je ne serais alors plus rien, une coquille vide puisque ce que je suis aujourd'hui aurait disparue avec tous ceux que j'aimais, je ne veux peut-être pas vivre ça, je l'ignore.

En faite, je crois que je peu conclure avec une certitude, je ne veux pas vivre vieux, perdre tous le monde et devoir passer à travers tellement de deuil, j'ai l'impression que j'en aurait pas la force et qu'au final, je ne serai plus que l'ombre de moi-même.

Pas pour moi, c'est sans doute ce que les rêves signifie et mon sentiment de mort avant la 30aine, ce n'est pas de l'auto envoûtement, s'en est presqu'un souhait.....

Wow...

JPour info, j'ai écrit ça sans me posé de question ou sans réfléchir, j'ai juste écrit..c'est dingue...ça fait presque peur... :|

Non...en faite, ça me fait peur... :|

Il est temps d'aller dormir lol...
Image
Avatar de l’utilisateur
Marv
Modérateur
 
Message(s) : 164
Inscription : Mar 22 Mai 2012 05:13
Localisation : Canada/Québec/Quebec

Re: Mort

Message par Blodeuedd » Ven 15 Fév 2013 11:21

Amusant, d'une certaine façon, que ça te fasse peur d'avoir écrit sans te poser de questions. Pourtant je pense que c'est une très bonne chose aussi. On n'est pas qu'une tête après tout, mais aussi un coeur et des tripes, qui s'expriment tout autant. Et parfois ça peut être très utile pour faire remonter certaines choses. Enfin c'est comme ça que je le conçois.

Pour le reste je pense que je vois ce que tu veux dire. La solitude m'a aussi beaucoup pesé. Il y avait du bruit, de l'activité, du plein, de quoi tenir, et pourtant il ne semblait rien y avoir du tout, ou si peu. Et l'envie de faire quelque chose, un vrai truc, quelque chose qui compterait. En essayant, en se fatiguant, et en même temps en ne faisant rien du tout, si ce n'est l'impression de tromper l'ennui et tuer le temps au final. Aujourd'hui je suis passée à autre chose et ça va bien mieux. Pas qu'il n'y ait plus de solitude ou autre, juste qu'on vit bien mieux ensemble. Mais je ne sais pas si mes "méthodes" sont bonnes ou mauvaises, pour qui ou quoi elles peuvent fonctionner, quelles questions et réponses j'ai à offrir. Parce que comme tu le dis on est aussi le résultat d'interractions particulières. Me concernant, j'ai eu un déclic à la mort de ma mère l'an dernier. J'ai eu beau être là et l'épauler du mieux possible dans ma jeunesse et après, être là dans les derniers moments, je crois que même heureuse et réconfortée par ça il y avait toujours la solitude et l'angoisse. Et le constat, le fait que prise dans cette solitude et ces angoisses, des conditionnements, à défaut de faire de grandes choses elle n'avait pas fait celles importantes à sa portée, ce qui lui faisait juste vraiment plaisir, vivre plus librement et plus spontannément, peu importe quoi. Et j'en étais au même point. Avant je me disais aussi que je mourrais jeune (la quarantaine me concernant), usée jusqu'à la corde, vidée. Mais c'était peut-être plus lié à la fatigue, la peur, l'impression de n'avoir que cette échappatoire, et que vu le truc elle va venir vite (peur), il faut qu'elle vienne vite (qui cohabite avec le soulagement et l'attente, peut-être une certaine forme de fascination). Pas qu'à cause de cette forme de perte, de mort, des êtres chers, de soi, mais toutes les autres formes, au fil du temps. Et parfois être seul ou non, aimé ou pas, même s'il y a un peu ou beaucoup de bon à côté, ça ne règle pas forcément le problème.

Comme je dis, un déclic. Juste marre, et comme je ne peux pas le suicide et que j'ai un foutu tempérament de têtue j'ai choisi une autre alternative. J'ai travaillé sur moi, utilisé la lithothérapie (pour le coeur, puis pour renouer avec mon corps et mes tripes, leurs énergies, pour l'ancrage, l'introspection), les fleurs de Bach, la méditation, certains exercices de resenti, la danse, etc. Pour ramener un équilibre, embrasser mes peurs, lâcher certaines choses et en tenir d'autres, être juste moi de la manière la plus convenable possible au fond, ni plus ni moins. C'est sûr que c'est sacrément délicat de pouvoir restaurer un peu de consistance en soi, dans les autres, partout, que ce soit avant, pendant, et après. Parfois je me dis autant pisser dans un violon. Mais plus ça va et plus ça me va, ça me fait rire. L'inverse est vrai, enlever de la consistance. Est-ce qu'on devient une coquille vide, défaits par des interractions ? Est-ce qu'on ne l'était pas avant, construits par des interractions ? Est-ce qu'on l'est pas un peu tout le temps aussi, une coquille bien vide et bien pleine, bien morte et bien vivante ? J'en sais rien du tout. Mais j'avoue que d'un côté, dans ton rêve, il y a ce côté axé sur voir son corps mort tout en étant capable de réfléchir, sans égards pour ce qui y a conduit, qui me fait penser à ça. Une sorte d'état mort-vivant. Qu'est-ce qui fait le vrai et le faux, la valeur réelle des choses, l'utilité ou la futilité, les vides et les pleins, etc., au bout du compte ? Et tout cela est il vraiment si grave ? On peut s'identifier, mais on n'est pas les autres et ils ne sont pas nous, et il y a souvent tout à redire sur tout (pour quelqu'un une personne ou une chose peut être tout et son contraire, pas assez ceci, trop cela, etc.). Où se trouve le juste milieu, et comment avoir la paix ?
Blodeuedd
 

Re: Mort

Message par Corinne » Sam 16 Fév 2013 22:16

Bonsoir Marv,

Effectivement, en ayant un peu plus de détails sur les épreuves de deuil que tu a traversé, je comprends que ce thème te questionne.

Comme j'ai l'impression que ce post tend vers le champs de la psychanalyse et sort de celui de l'ésotérisme, je serai brève sur le conseil : si tu sens que le sujet de la "mort" prend trop de place dans ta vie (et tes nuits) au point que celui-ci devienne une obsession, alors, je pense qu'une aide d'un spécialiste (psychanalyste ou psychothérapeute) pourrait alléger fardeau. "La parole est libératrice" ;) . Les morts et les deuils (dont certains peut-être non fait) transpirent dans ta famille et si tu te questionnes autant c'est que tu y cherches un sens...

Nous pouvons tous faire un travail introspectif seul, mais parfois quand nous sentons que celui-ci atteint ses limites, il est préférable d'avoir l'aide d'un tiers. Tu me semble être quelque qui sait se remettre en question et se pose les bonnes questions pour tenter de comprendre ce qui est difficile. A toi de sentir ce qui essentiel pour toi en ce moment (réflexions en solitaire ou guidance thérapeutique).

Au plaisir de te lire dans un autre sujet... ^^

Namaste,
Corinne
"N'ayez pas peur des ombres. Elles veulent simplement dire qu'il y a une lumière quelque part à proximité"
Ruth E. Renkee
Avatar de l’utilisateur
Corinne
 
Message(s) : 78
Inscription : Lun 28 Jan 2013 23:19
Localisation : Ici et maintenant

Re: Mort

Message par aika » Dim 17 Fév 2013 15:51

Bonjour Marv,il m'arrive aussi de temps en temps de rever de tomber dans le vide d'un pont voir meme d'un avion la dernière fois et d'atterir dans l'eau mais défois ce n'est qu'un symbolisme,cela peut annoncer un changement dans sa vie,etc...Par contre revé de me voir mort cela ne m'est pas arrivé mais je croi(pas sur)que ce n'est pas forcemment négatif au contraire car cela peut représenter la mort psychologique,de l'égo,le travail sur soi.
aika
 
Message(s) : 181
Inscription : Mar 12 Fév 2013 12:17

Précédent

Retour vers Méditation/ Visualisation/ Astral

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot], Google [Bot] et 12 invité(s)