LE FORUM A FERMÉ SES PORTES EN DECEMBRE 2013. IL RESTE ACCESSIBLE EN LECTURE LIBRE MAIS IL N'EST DESORMAIS PLUS POSSIBLE D'Y POSTER OU DE S'Y INSCRIRE.


Les mouvements ésotériques

Découvrez ici les origines profondes de l'ésotérisme. Des anciennes civilisations à nos jours, venez vous plonger dans les mystères de l'histoire, des traditions et des mythologies des 4 coins du monde....

Modérateurs : Fredericus Coriarius, Modérateurs

Les mouvements ésotériques

Message par Fredericus Coriarius » Sam 30 Oct 2010 13:26

Histoire des courants de pensée des sciences ésotériques d'hier et de leur héritage.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le concept d’ésotérisme en tant que mouvement de pensée n’est pas très ancien. Il remonte tout au plus au début du XIXe s. avec le philosophe Pierre Leroux.

Esotérisme (du grec εσώτερoς (esôteros) : intérieur) désigne auparavant le savoir interne d’une communauté qui permet de distinguer les initiés des non initiés.

Si l’on met de côté les groupes antiques dont on ne connaît généralement que le nom ou le lieu d’initiation (Orphiques, Pythagoriciens, Mystères d’Eleusis, Hermétisme, Kabbale etc.), les mouvements médiévaux ou de la Renaissance que l’on connaît un tout petit peu plus (Templiers, Kabbale chrétienne, Parecelsisme) la plupart des mouvements ésotériques sont apparus à la fin du XVIIIe s. et dans le courant du XIXe s. (Franc-maçonnerie, Rose-Croix, Théosophie, Martinisme), voire au XXe s. (Église Catholique Gnostique, Anthroposophes)

L’enseignement est très souvent oral, et destiné à un public restreint d’initiés, jugés aptes à comprendre les enseignements qu’ils reçoivent. Ces derniers, outre une cosmogonie souvent propre, ont généralement traits à l’occultisme et à des techniques de développement personnel visant à la compréhension du monde, à l’approche du divin et à la sagesse.

L’ésotérisme n’est pas propre aux cultures occidentales. Le soufisme constitue ainsi le mouvement le plus connu de l’ésotérisme musulman. Le Bönpos du Tibet, le Tantrisme de l’Inde, les écoles Shingon et Tendai du Japon, les masques burkinabe du Burkina-Faso, etc., constituent autant d’enseignements initiatiques ésotériques.

Chacun de ces mouvements méritent une étude approfondie. Tout comme dans le domaine de l’occulte, le syncrétisme est de mise, hier comme aujourd’hui.
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Fredericus Coriarius
Modérateur
 
Message(s) : 256
Inscription : Ven 1 Oct 2010 20:47
Localisation : Poitiers

Re: Les mouvements ésotériques

Message par Sylvain » Mar 2 Nov 2010 15:35

Si le concept d'ésotérisme est récent comme tu le soulignes et si c'est un concept formulé à partir de la pensée Grecque, est-il vraiment approprié de penser les pratiques religieuses, les rites, les formes de magie des autres civilisations en terme d'ésotérisme ?

Je ne pose pas cette question comme un piège mais comme une ouverture -parfois le néo-platonisme sous-jacent aux courants ésotériques moderne, me fatigue les yeux, je l'avoue.
C'est le repos éclairé, ni fièvre ni langueur, sur le lit ou sur le pré.
C'est l'ami ni ardent ni faible. L'ami.
C'est l'aimée ni tourmentante ni tourmentée. L'aimée.
L'air et le monde point cherchés. La vie.
- Etait-ce donc ceci ?
- Et le rêve fraîchit.
Avatar de l’utilisateur
Sylvain
 
Message(s) : 186
Inscription : Mar 2 Nov 2010 13:57
Localisation : Commune de Münster

Re: Les mouvements ésotériques

Message par Fredericus Coriarius » Mar 2 Nov 2010 17:04

- Si le concept d'ésotérisme est récent comme tu le soulignes et si c'est un concept formulé à partir de la pensée Grecque, est-il vraiment approprié de penser les pratiques religieuses, les rites, les formes de magie des autres civilisations en terme d'ésotérisme ?

Pas en totalité certes, mais en partie oui.

Nombre de ces religions ont des cultes à Mystères et passent par différents degré d'initiation, ce qui est le propre de l'ésotérisme. En Égypte ancienne par exemple, ce que l'on a coutume d'appeler le "Livre des Morts", peut difficilement s'appréhender sans chercher à décortiquer le peu qui est parvenu jusqu'à nous des enseignements secrets qui l'accompagnaient.
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Fredericus Coriarius
Modérateur
 
Message(s) : 256
Inscription : Ven 1 Oct 2010 20:47
Localisation : Poitiers

Re: Les mouvements ésotériques

Message par Kamaléo » Mer 3 Nov 2010 14:16

:arrow: Pas en totalité certes, mais en partie oui.

Avec tout le respect que je vous dois Frédéricus, voilà une belle illustration de ce qu'on appelle "une réponse de normand" :D

(Citation Frédéricus) :arrow: Nombre de ces religions ont des cultes à Mystères et passent par différents degré d'initiation, ce qui est le propre de l'ésotérisme. En Égypte ancienne par exemple (...)

Mais il s'agit toujours d'une appréciation "occidentaliste", née dans et par le moule culturel occidental. Cette appréciation est donc tout à fait subjective malgré ses justifications en apparence scientifique.

Pour un Égyptien autochtone, il s'agissait vraisemblablement de sa religion,... point !

D'ailleurs la question est toujours autant polémique et vive de nos jours, puisqu'en relation au chamanisme, au vaudou,...par exemple ;...mais également avec tant d'autres "religion à mystères" pour reprendre l'expression, cet aspect de la question reste toujours aussi aiguë !.
Cette question de savoir comment qualifier et considérer ces "cultures traditionnelles" (car en général, antérieures aux religions du livre par rapport auxquelles toute forme de religiosité est appréhendée de nos jours par les chercheurs - mais n'est ce pas là un préjugé ?) est sujet à un débat vif et animé dans les sociétés où cette question reste contemporaine et d'actualité.
A savoir ces cultures doivent-elles être qualifiées et appréhendées comme des spiritualités (qui serait donc un autre degré de religiosité), des traditions occultes, des sectes (pour certains, ce terme pourrait toujours être d'actualité), des philosophies, des religions (au même titre donc que celles du/des livres), ou une des disciplines de développement personnel bref... la diversité de qualificatif reste large...et variée.

Sauf que nous oublions dans cette histoire, que les premières formes de religiosité de l'humanité s'apparentaient davantage à ce qui forment et rassemblent de nos jours ces "cultures traditionnelles" ou "traditions ésotériques", plutôt qu'à celle que nous reconnaissons comme unique forme de -R-eligion (avec un "R") aujourd'hui et qui sont celles du livre.

Ne nous trompons pas, l’histoire nous enseigne que ce sont « les religions du livre » qui sont nées et dérivées de ces religions de "cultes à mystère", … et non l’inverse !!!
Même si tous ces concepts n’étaient pas alors encore intellectualisés, souvenons nous donc que c’est la conceptualisation des notions de religion qui serait née alors au 19ème siècle en occident (sans vouloir rentrer dans le débat de la datation), et non le sentiment de religiosité (ni la religion elle même) qui dans la chronologie historique ne s'est exprimé exclusivement - du moins pendant très longtemps - qu'en des formes que l’on qualifierait de nos jours « d'ésotérique», mais qui en leur temps n'était pas plus "occulte" que ça :)

K
Ce n_est pas à la taille de l_arbre que l_on mesure la force de l_Esprit qui y réside !
http://www.youtube.com/user/KamaleoTV
Avatar de l’utilisateur
Kamaléo
Modérateur
 
Message(s) : 241
Inscription : Mar 2 Nov 2010 13:28
Localisation : Paris

Re: Les mouvements ésotériques

Message par Fredericus Coriarius » Mer 3 Nov 2010 15:13

Je ne renie pas les 10 ans que j'ai passé en Normandie !

:lol:

N'en reste pas moins, que je maintiens qu'à mon sens, et ce même si la majeure partie de tes réflexions sont justes, une partie des "religions" antiques avaient bien la forme de traditions ésotériques, c'est à dire avec une part d'enseignements et d'éclairage du monde qui n'était pas donné de connaître à tout un chacun.

- Pour un Égyptien autochtone, il s'agissait vraisemblablement de sa religion,... point !

Eh bien non justement, tout simplement parce que LA religion égyptienne antique n'existe pas ! Plusieurs cosmogonies coexistaient et les gens ne se souciaient guère pour la plupart que de leur dieu tutélaire, celui de leurs parents, de leurs ancêtres. Il n'y avait guère que les prêtres pour faire des liens entre les différentes cosmogonies, et il n'était de toute évidence pas donner à tout le monde de comprendre le sens profond de certains textes.

De la même manière, LE chamanisme et LE vaudou n'existe pas. Ce sont effectivement des raccourcis "occidentalistes" qui englobent diverses pratiques qui ont certes des troncs communs mais aussi de nombreuses divergences, et surtout qui généralement s'ignorent les unes les autres.

Pour en revenir à l'idée de religion autochtone, le chamanisme peut être la religion d'un Mongol par exemple, il connait les concepts généraux et fait appel aux chamans de manière naturelle. Il n'en est pas moins chaman lui-même. La part initiatique, ésotérique, lui échappe.

- A savoir ces cultures doivent-elles être qualifiées et appréhendées comme des spiritualités (qui serait donc un autre degré de religiosité), des traditions occultes, des sectes (pour certains, ce terme pourrait toujours être d'actualité), des philosophies, des religions (au même titre donc que celles du/des livres), ou une des disciplines de développement personnel bref... la diversité de qualificatif reste large...et variée.

Le panel de qualificatifs est large, parce que les possibilités le sont réellement. Et il peut s'appliquer de la même manière aux religions du Livre. Tout dépend du degré d'investissement de chaque "croyant" et de la manière dont il applique les préceptes auxquels il se dit être attachés.

- Ne nous trompons pas, l’histoire nous enseigne que ce sont « les religions du livre » qui sont nées et dérivées de ces religions de "cultes à mystère", … et non l’inverse !!!

Je ne vois pas où il a été dit l'inverse ?

- des formes que l’on qualifierait de nos jours « d'ésotérique», mais qui en leur temps n'était pas plus "occulte" que ça.

Je crois que l'ethnologie nous montre le contraire : un exemple.

:)
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Fredericus Coriarius
Modérateur
 
Message(s) : 256
Inscription : Ven 1 Oct 2010 20:47
Localisation : Poitiers

Re: Les mouvements ésotériques

Message par Kamaléo » Mer 3 Nov 2010 16:18

Eh bien non justement, tout simplement parce que LA religion égyptienne antique n'existe pas ! Plusieurs cosmogonies coexistaient et les gens ne se souciaient guère pour la plupart que de leur dieu tutélaire, celui de leurs parents, de leurs ancêtres. Il n'y avait guère que les prêtres pour faire des liens entre les différentes cosmogonies, et il n'était de toute évidence pas donner à tout le monde de comprendre le sens profond de certains textes.
:arrow: Pour moi tu évoques là 2 choses différentes. Le fait que plusieurs cosmogonies existaient en parallèle, n'enlève rien au fait que chaque Egyptien et chacun vivait sa foi au sein de sa religion et de sa communauté sans la moindre contradiction éventuelle en comparaison des autres existantes.
Pourtant, est ce à dire que ces Egyptiens là n'avait pas de religion ?...ou bien ne vivaient-ils pas ainsi avec ce sentiment d'être religieux ?
...J'en doute !!


De la même manière, LE chamanisme et LE vaudou n'existe pas. Ce sont effectivement des raccourcis "occidentalistes" qui englobent diverses pratiques qui ont certes des troncs communs mais aussi de nombreuses divergences, et surtout qui généralement s'ignorent les unes les autres.
:arrow:Qui a dit que la religion devait être un ensemble de concepts cohérents et intellectualisables pour être qualifié de "vraie" religion ?
des chercheurs occidentaux peut-être !? :mrgreen:
S'il est vrai que le chamanisme et le vaudou n'ont rien à voir, les différentes traditions de l'un et de l'autre ne s'ignorent pas entre elles, non,... mais chacune garde son autonomie et son indépendance oui, mais je ne vois pas en quoi elles seraient moins des religions que les autres pour cette raison.
Et dans ce cas, que dire des chrétiens d'occident, d'orient et de ceux qui se disent être réformés ?... des sunnites, des chiites et autres ...,si je poursuis ton raisonnement, la religion chrétienne comme la musulmane n'existe pas davantage !!


Pour en revenir à l'idée de religion autochtone, le chamanisme peut être la religion d'un Mongol par exemple, il connait les concepts généraux et fait appel aux chamans de manière naturelle. Il n'en est pas moins chaman lui-même. La part initiatique, ésotérique, lui échappe.
:arrow: C'est vrai que l'initiation a toujours fait partie de ces religions, mais il est tout aussi vrai - (d'après moi 8-) ) que l'importance de cette initiation s'est toujours accrue face aux pressions culturelles externes comme une réponse stratégique de protection et de préservation de ces cultures autochtones et originelles,...en tout cas c'est le cas pour le vaudou (...qui n'existe pas :) )- où l'initiation n'est devenue majeure que durant l'époque de l'inquisition en Amérique et de la colonisation en Afrique, même si elle fut toujours présente dans les fondements et les pratiques de cette religion, son rôle était moindre que de nos jours.


Le panel de qualificatifs est large, parce que les possibilités le sont réellement. Et il peut s'appliquer de la même manière aux religions du Livre. Tout dépend du degré d'investissement de chaque "croyant" et de la manière dont il applique les préceptes auxquels il se dit être attachés.
:arrow: ok, pourquoi pas, mais moi quand je vois un authentique chrétien, un authentique musulman, un authentique hindou ou d'un authentique adepte des religions amérindiennes je nous comprend comme tous unis dans une même démarche mais simplement que nous exprimons avec nos langues respectives. Les qualificatifs sont aussi nombreux que les langages sans doute mais le sentiment religieux lui, ...est et sera toujours universel, en tout cas du point de vue d'un croyant !.



- Ne nous trompons pas, l’histoire nous enseigne que ce sont « les religions du livre » qui sont nées et dérivées de ces religions de "cultes à mystère", … et non l’inverse !!!
Je ne vois pas où il a été dit l'inverse ?
:arrow: Non nulle part, mais c'était pour dire qu'au lieu de chercher un terme pour qualifier ces "pratiques ésotériques", et les distinguer donc des "religions" (à savoir celles du livre), il me semble que l'inverse serait plus pertinent au regard de la chronologie historique. Nous devrions chercher un nouveau terme pour qualifier ces nouvelles pratiques (=du livre) et les distinguer de ce qui fut toujours la religion (à savoir les pratiques ésotériques) au lieu de l'inverse comme nous le faisons.


- des formes que l’on qualifierait de nos jours « d'ésotérique», mais qui en leur temps n'était pas plus "occulte" que ça.
:arrow: l'ethnologie ?... voilà une discipline encore typiquement bien occidentale... et même du 19ème siècle justement :P
D'ailleurs je crois que dans ces cercles là, on lui préfère le terme de sociologie maintenant tant le terme est porteur d'ethnocentrisme.
En tout cas, pour ma part je refuse ce terme d'ethnie qui n'a aucun fondement à mes yeux, à moins que ce ne soit juste pour désigner un peuple moins nombreux qu'un autre (mais qui n'est pas la définition officielle de "ethnie"), ce qui ne leur enlève en rien le droit de s'auto-considérer comme un peuple à part entière (à défaut d'une considération unanime).
Franchement, en plus à l'heure où nous parlons de biodiversité, n'oublions pas que nous mêmes en faisons partie de cette richesse diversifiée :D

Au plaisir
K
Ce n_est pas à la taille de l_arbre que l_on mesure la force de l_Esprit qui y réside !
http://www.youtube.com/user/KamaleoTV
Avatar de l’utilisateur
Kamaléo
Modérateur
 
Message(s) : 241
Inscription : Mar 2 Nov 2010 13:28
Localisation : Paris

Re: Les mouvements ésotériques

Message par Fredericus Coriarius » Mer 3 Nov 2010 18:57

- Pourtant, est ce à dire que ces Egyptiens là n'avait pas de religion ?...ou bien ne vivaient-ils pas ainsi avec ce sentiment d'être religieux ?

Bien sûr que oui, ils avaient leur religion (au sens étymologique du terme. Religere : rassembler - autour d'idées et d'une foi commune-). Je n'ai surement pas été clair dans mes propos du début. Je n'oppose aucunement l'idée de tradition ésotérique et celle de religion.

- S'il est vrai que le chamanisme et le vaudou n'ont rien à voir, les différentes traditions de l'un et de l'autre ne s'ignorent pas entre elles.

J'imagine difficilement un chaman shuar se soucier de ce que fait son homologue tonguz, s'il a même conscience de son existence. J'aurai tendance à penser la même chose entre un tenant du vaudou africain de son homologue haïtien ou encore brésilien.

- l'importance de cette initiation s'est toujours accrue face aux pressions culturelles externes comme une réponse stratégique de protection et de préservation de ces cultures autochtones et originelles

Certainement pas pour les religions antiques. La suite de ta phrase donne cependant une réponse possible et probable, mais certainement pas unique, pour les cultures qui ont subies le colonialisme.

- ok, pourquoi pas, mais moi quand je vois un authentique chrétien, un authentique musulman, un authentique hindou ou d'un authentique adepte des religions amérindiennes je nous comprend comme tous unis dans une même démarche mais simplement que nous exprimons avec nos langues respectives. Les qualificatifs sont aussi nombreux que les langages sans doute mais le sentiment religieux lui, ...est et sera toujours universel, en tout cas du point de vue d'un croyant !.

C'est aussi mon sentiment. L'inverse n'était pas mon propos.

Ce que je voulais dire, c'est que chacun peut trouver dans sa religion pour l'un une réponse à sa quête de spiritualité, pour un autre un savoir occulte, pour un autre encore une philosophie (dans le sens d'une recherche de la sagesse), ou bien encore une manière de se développer, quand ce n'est pas un peu de chaque pour les plus accrocs ! :lol:

- l'ethnologie ?... voilà une discipline encore typiquement bien occidentale... et même du 19ème siècle justement :P
D'ailleurs je crois que dans ces cercles là, on lui préfère le terme de sociologie maintenant tant le terme est porteur d'ethnocentrisme.

Peu importe le terme. De par ma formation, j'aurai eu tendance à dire anthropologie des cultures actuelles. Mais ce mot ayant un autre sens en français qu'en anglais, je préfère celui qu'utilisait Levis Strauss. Sociologie me va aussi. Le but est d'étudier d'autres cultures sans connotation de jugement ou de comparaison quelconque, qui ont conservé une part de ce que justement nous "occidentaux" avons perdu de vue. Comment espérer sinon comprendre quoi que ce soit au chamanisme paléolithique par exemple sans chercher à comprendre comment fonctionne le chamanisme contemporain.

:)
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Fredericus Coriarius
Modérateur
 
Message(s) : 256
Inscription : Ven 1 Oct 2010 20:47
Localisation : Poitiers

Re: Les mouvements ésotériques

Message par Kamaléo » Ven 5 Nov 2010 15:45

Je n oppose aucunement l idée de tradition ésotérique et celle de religion.

***Alors j ai du mal comprendre le sens de tes mots car c est exactement ce à quoi je tenais.

:arrow: J.imagine difficilement un chaman shuar se soucier de ce que fait son homologue tonguz, s.il a même conscience de son existence. J.aurai tendance à penser la même chose entre un tenant du vaudou africain de son homologue haïtien ou encore brésilien. :arrow:
***Bon pour les chamans, je t.avouerai que je ne sais pas trop, mais pour ce qui est des religions afro descendantes, oui c.est vrai et de ton point de vue tu as bien raison.
A Moi maintenant de jouer les normands hé hé - :D - , car l.explication me semble devoir être plus subtile...(en tout cas pour les exemples cités)...sans vouloir t.offenser !
C'est vrai qu.en Amérique actuellement, les choses se passent comme tu les décris avec des frontières non poreuses entre différentes traditions et Nations (quand ces frontières sont poreuses, en général l.authenticité est à douter...)
Mais en Afrique, et dans l.histoire,...bien au contraire les différentes traditions (alors en formation) n.avait de cesse de s.influencer mutuellement avant de devenir les modèles relativement arrêtés et définis que nous connaissons aujourd.hui.
C.est à dire que dans les fondements même de ces religions africaines, la place pour des influences externes a toujours été permise,... et pratiquée...et ceci jusqu.à la période de l.esclavage et donc de l.évangélisation qui y était associée.
Cette influence externe récente eu certainement au moins 2 conséquences, d.abord que la religion traditionnelle se structure et se conceptualise (sans doute en réponse avec l.étrangère) ; mais aussi qu.elle se ferme aux influences externes afin de favoriser la préservation de ces traditions que nous (au moins) considérons comme millénaires.
Et on comprend donc aisément pourquoi en Amérique, cette religion ne se soit développée et épanouie que de manière fermée et restreinte vu le contexte social et culturel pré-existant et les expériences déjà vécues en Afrique.
Par exemple, dans ma tradition Nago où les Orishas composent majoritairement le panthéon de cette tradition, certains Vôduns y ont aussi leur place, rebaptisés pourtant dans la langue Nagô mais reconnus encore et toujours comme étant des puissances "étrangères" bien qu'incorporés dans le panthéon local. Et cette place dans le panthéon est également justifiée dans les textes sacrés et fondateurs connus depuis l'Afrique. Ce n.est pas une invention "américano-brésilienne" mais bien des évènements survenus très tôt dans l.histoire en Afrique (que reprennent les mythes fondateurs), et ce qui en justifie par ailleurs son authenticité (en tout cas, du point de vue brésilien).


:arrow: Certainement pas pour les religions antiques. La suite de ta phrase donne cependant une réponse possible et probable, mais certainement pas unique, pour les cultures qui ont subies le colonialisme. :arrow:
***ok, sans doute mais dans quel case rangerais tu la religion égyptienne ? :mrgreen:



:arrow: Peu importe le terme. De par ma formation, j.aurai eu tendance à dire anthropologie des cultures actuelles. :arrow:
***Oui d'ailleurs c'est une erreur de ma part, il s'agit bien d'anthropologie et non de sociologie qui est utilisée (...enfin que j'ai entendu en tout cas !)


:arrow: Le but est d.étudier d.autres cultures sans connotation de jugement ou de comparaison quelconque, qui ont conservé une part de ce que justement nous "occidentaux" avons perdu de vue. Comment espérer sinon comprendre quoi que ce soit au chamanisme paléolithique par exemple sans chercher à comprendre comment fonctionne le chamanisme contemporain. :arrow:
***Oui oui, après l.ethnologie fut-elle toujours ceci et sa démarche fut-elle toujours si ... scientifique, on peut en douter et je suis loin d'être le premier à le faire.
Mais elle a aussi rendu beaucoup de "service", la seule chose me dérangeant dans l.ethnologie, étant simplement ce mot "d.ethnie" :cry:

K
Ce n_est pas à la taille de l_arbre que l_on mesure la force de l_Esprit qui y réside !
http://www.youtube.com/user/KamaleoTV
Avatar de l’utilisateur
Kamaléo
Modérateur
 
Message(s) : 241
Inscription : Mar 2 Nov 2010 13:28
Localisation : Paris

Re: Les mouvements ésotériques

Message par Khor Alextra » Lun 8 Nov 2010 17:33

Je viens poser ma petite pierre à ce débat qui apparemment est parti pour durer et pour être fructueux.

J'ai remarqué que vous citiez beaucoup les mouvements ésotériques africains, occidentaux et outre atlantique (comme le vaudoo). Cependant, j'aimerais souligner l'existence des religions Extrême Orientales, qui justement sont parfois considérée non pas comme des religions mais comme des philosophies.
Par exemple, le Boudhisme, est considéré selon les points de vue comme une spiritualité, une religion ou une philosophie, ce dernier point étant appuyé par le fait que cette religion... n'a pas de dieu. Est ce là donc une restriction au terme de religion?
D'après l'éthymologie, non, puisque comme l'a fait remarquer Fredericus, Religere: rassembler (autour d'idée et foi commune).

Ce qui est amusant, c'est que la pratique ésotérique ne vise non pas à croire, mais plutôt à s'approcher de la science: quand on fait un rituel, on ne croit pas qu'il marche, il faut en être certain (sinon son efficacité laissera à désirer). Alors que la religion n'a pas pour but (ni pour prétention) de contrôler quoi que ce soit, puisqu'elle vise avant tout (à mon sens) à évoluer spirituellement vers un état considéré comme meilleur.
Là où je vois la religion comme une aide spirituelle, j'appréhende la magie vraiment comme une pratique très codée, de la même manière que je lance un accélérateur à particule en me disant "Et si cette fois ci on arrivait à la créer, cette fusion nucléaire!".

Après, je voudrais essayer de concillier cet aspects avec votre définition d'un groupe ou mouvement ésotérique, c'est à dire:
"Esotérisme (du grec εσώτερoς (esôteros) : intérieur) désigne auparavant le savoir interne d’une communauté qui permet de distinguer les initiés des non initiés."

Et face à cette définition, je me pose la question: est ce qu'un mathématicien de haut niveau ne correspondrait pas à cette définition. Les sciences, mais aussi l'art (l'art moderne voire même antique n'est vraiment pas à la portée de tout le monde), les sciences humaines, bref, tout rassemblement de personne visant à une même pratique.
Est ce qu'un prêtre est si différent d'un sorcier et lui même est il si différent d'un biologiste?

Je vous avoue que je ne sais pas. Depuis le début vous semblez particulièrement vous focaliser sur les groupes ésotériques tels que le sens commun le définit (notamment quand je vois que vous parlez d'enseignement oral et tout ça), et j'aimerais savoir si je m'égare complètement, ou si je suis juste un peu trop tatillon^^.

Merci d'avance.


PS: Désolé de l'aspect décousu de mon post, j'essaye de me mettre au niveau du sujet mais j'avoue avoir un peu de mal^^ Il faut commencer petit dit on...
Spécial pour Arnaud: "Et sur le piédestal apparaissent ces mots: Je suis Ozymandias, le roi des roi, contemple mon œuvre Oh Tout Puissant et désespère."
Avatar de l’utilisateur
Khor Alextra
 
Message(s) : 29
Inscription : Lun 1 Nov 2010 10:10

Re: Les mouvements ésotériques

Message par Fredericus Coriarius » Lun 8 Nov 2010 18:04

Je crois que si le bouddhisme répond à autant de définition, c'est que là encore il n'y a pas un bouddhisme mais des bouddhismes qui varient en fonction du substrat culturel des pays où il s'est développé.

Pour la religion, je crois que tu fais erreur en considérant qu'elle vise forcément à conduire à une évolution vers un stade meilleur. J'ai du mal à trouver dans la Bible par exemple, et les religions qui s'y réfèrent, une quelconque quête spirituelle. Les évangiles, peut-être, et encore tout dépend lesquels.

Concernant les mathématiciens, les premiers ésotéristes connus sont tout de même les Pythagoriciens, non ?

:lol:

Blague à part, oui, je pense que tout groupe qui détient un savoir impénétrable à qui n'a pas la clé, est un groupe ésotérique. Que l'enseignement soit oral ou compilé dans des tonnes de thèses.

Maintenant, l'objet de la section, et donc de cette petite mise en bouche, porte bien sur les traditions ésotériques et leurs héritiers actuels... avec un net favoritisme pour celles qui ont rapport avec l'occulte.

:)
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Fredericus Coriarius
Modérateur
 
Message(s) : 256
Inscription : Ven 1 Oct 2010 20:47
Localisation : Poitiers

Suivant

Retour vers Histoire de la magie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot] et 17 invité(s)


cron