LE FORUM A FERMÉ SES PORTES EN DECEMBRE 2013. IL RESTE ACCESSIBLE EN LECTURE LIBRE MAIS IL N'EST DESORMAIS PLUS POSSIBLE D'Y POSTER OU DE S'Y INSCRIRE.


Danse sacrée

Découvrez ici les origines profondes de l'ésotérisme. Des anciennes civilisations à nos jours, venez vous plonger dans les mystères de l'histoire, des traditions et des mythologies des 4 coins du monde....

Modérateurs : Fredericus Coriarius, Modérateurs

Danse sacrée

Message par Blodeuedd » Sam 7 Juil 2012 09:36

Tout d'abord désolée si vous trouvez que le sujet est mal placé, cela m'a paru le choix le plus judicieux, entre l'intérêt pour les formes à travers les époques et les aires culturelles, un soupçon de mythologie, et quelque chose que je vois comme dans l'action pour un passage pratique.

Je préviens aussi que c'est un fruit d'une "secousse" personnelle, après lecture de pleins de choses de ci de là, livré éventuellement pour un échange, quelqu'en soit la forme et si le coeur en dit. Du coup je vais sûrement citer deux trois morceaux d'ouvrages très basiques, pour illustrer et comme léger point d'appui, et s'il y a à redire sur quelque point que ce soit ne pas hésiter une seule seconde.

C'est un cheminement qui fait écho à ce que j'abordais dans un autre topic, entre un moment de recherche pour se désentraver de constructions intellectuelles bancales et un autre de danse qui m'a pris d'un seul coup, une forme de danse qui s'était déjà montrée mais sur laquelle je n'avais pas vraiment "mis le doigt".

"La danse est célébration, la danse est langage. Langage en deça de la parole (...) car là où ne suffisent plus les mots surgit la danse. Et qu'est-ce que cette fièvre, capable de saisir et d'agiter jusqu'à la frénésie toute créature, sinon la manifestation, souvent explosive, de l'instinct de vie qui n'aspire qu'à rejeter toute dualité du temporel, pour retrouver d'un bond l'unité première où corps et âme, créateur et création, visible et invisible, se retrouvent et se soudent, hors du temps, en une unique extase. La danse clame et célèbre l'identification à l'impérissable." (Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Éditions Robert Laffont/Jupiter).

Aspirer à rejeter toute dualité, c'est sans doute un des points de départ, dans un labyrinthe. Je crois en fait m'être longtemps focalisé sur un point en regardant un autre, essayant vainement de se définir par rapport à lui, en ce qu'il partageait de lui, ce qu'il n'avait pas de lui, sans jamais se voir lui-même, sans jamais voir l'ensemble. Je connaissais le mythe du Minotaure et de Thésée, mais comme ce bon vieux héros je laissait Ariane en rade sur une île. Et pourtant ce n'est pas faute d'avoir vu une fois un Dionysos en rêve qui, me regardant me perdre dans l'autre, me disait "Maintenant, tu es morte !". Du coup le labyrinthe en est venu à me parler de quelque chose de plus, d'un festin en commun, déjà une forme de danse avec point pivot, de twist. Et je suis allée rechercher le fil d'Ariane.

"Ariane, en effet, ou sous son autre nom Ariadné, est sans doute à l'origine une déesse crétoise de la végétation en l'honneur de qui on exécutait à Cnossos des danses sacrées. Elle était l'amante du Dionysos crétois (Di-wo-no-so-jo), lui-même génie de la végétation. Sous l'influence du synchrétisme dionysien (...) qui transforma peu à peu le dieu en "seigneur des âmes" et maître de la mort et de la renaissance, Ariane devint la figuration de l'âme humaine en quête de l'amour (eros) qui la révèlerait à elle-même." (Encyclopédie des symboles, sous la direction de Michel Cazenave, "La Pochotèque", Le Livre de Poche).

Toujours à cause de vieux rêves, et à cause d'un sablier et d'un symbole d'infini que j'ai toujours apprécié, mon labyrinthe personnel était octogone, comme celui de la Cathédrale d'Amiens. Et toujours pour les mêmes raisons s'inscrivait une belle araignée rouge, avec ses huits pattes, que je chassait dans tous les sens du terme. Après ça j'ai eu envie de me bricoler un petit exercice de visualisation, et c'est assez sympathique d'avoir un nombril et huit membres, on a presque l'impression de pouvoir faire des tas de choses et de se rendre partout. Et d'autres danses encore où, malgré un brin de panique, une logique se réinstalle dans les schémas intellectuels et les comportements. D'ailleurs pour la peur c'est marrant, j'ai repensé à la "Litanie contre la peur", et je me suis dit "C'est bien qu'elle te liquéfie les entrailles, elle te les fiche sous le nez, c'est bien pour l'haruspice".

"Dans le monde indien en revanche, l'image de l'araignée est très valorisée. La structure de sa toile y renvoie en effet aux différents modes de manifestation de l'être, sans compter que cette toile est filée comme l'aurait fait aux débuts un divin artisan : elle renvoie de ce fait à l'idée de maya, c'est à dire de ce jeu des formes auxquelles nous nous laissons prendre dans notre existence quotidienne, formes certes réelles au plan des phénomènes, mais en fin de compte illusoires au regard de l'Absolu." (Encyclopédie des symboles, idem).

Et là je me dis "Bon sang mais c'est bien sûr !", et je sais bien que j'ai lu des choses sur le sujet déjà, mais que comme pour beaucoup d'autres choses ça déserte pour revenir une autre fois avec un peu d'élan. Comme un boomerang. Et je me dis que je me fiche bien de me voir apprendre à danser, de m'élever au-dessus de ce qu'il se passe sur la piste pour décortiquer, passer au scalpel et au microscope, sans être pleinement prise dedans. Et j'ai une autre vieille image : Shiva qui danse.

Image

Shiva Natarâdja, Seigneur de la Danse
Tamil Nadu - Epoque Cola, XIème siècle
Bronze, musée Guimet

"L'une des plus grandes figures divines de l'Inde est le Shiva qui danse, le Shiva nataraja, le "maître de la danse" qui "brandit d'une main le petit tambour qui rythme la manifestation de l'univers, de l'autre la flamme du sacrifice" (G. Durand). Entouré d'un cercle de flammes, de nature androgyne car accouplé, ou plutôt fusionné avec sa Shakti, ou son énergie et sa puissance féminines, Shiva est alors à la fois, dans le rythme suprême, le créateur et le destructeur des mondes, celui qui manifeste et dissipe et celui qui réintègre. Celui qui, dans le tantrisme, à l'acmé de la cérémonie de l'union sexuelle, provoque l'illumination libératrice dans une mort qui est Vie et une vie qui est Mort." (Encyclopédie des symboles, idem).

Voilà donc, une maigre tentative d'approcher la danse et son caractère sacrée, au travers d'un cheminement personnel, et en espérant n'avoir fait que des citations à bon escient. Donc pour partager sur ce sujet, sur d'autres exemples dans diverses cultures, sur la place que cela peut aussi avoir dans votre vie en général, vos pratiques en particulier, ce genre de chose. En espérant qu'il n'y ait pas de sujet déjà dédié (j'ai fait une recherche, mais il se peut que je sois un manche). Et désolée pour le pavé :).
Blodeuedd
 

Re: Danse sacrée

Message par utopie » Lun 28 Jan 2013 14:07

"Danser, danser, sinon nous sommes perdus"
Pina Baush
La Danse!
La danse, à mon sens c'est lâcher le mental et retrouver la partie viscérale bien pensante, et par cette intelligence retrouver ce qu'il y a de sacré à être en vie. Qui pourrait exprimer ce que l'on ressent dans un courant aérien en bordure de mer de la façon la plus juste et épurée possible, ce que l'on ressent lorsque la passion nous guette et nous embrase, ce qui nous anime lorsque nous entendons les cliquetis d'une rivière jouant au ricochet ou la force qui nous porte au pied d'une Montagne?
...
La Danse est un langage juste, honnête, parfait en ce sens ou il n'est sujet a aucune transposition, il passe d'un corps à un autre.
Ces possibilités sont infinis ou totale.
Certes il y a la transe en danse, mais aussi la maitrise, du corps, des chakras, des intentions, du mental, du vide, de l'espace, du temps, de soi, des autres...
Ce que j'en pense c'est qu'au delà d'une danse sacré, la danse est l'expression de ce qu'il y a de sacré à être en vie (pour le meilleure et pour le pire j'ai envie de dire) et ainsi discuter avec le ciel, la terre, les éléments, les animaux, les pierres même, les végétaux, les émotions, les sentiments... C'est voyager dans les mocassins des autres, même si cet autre n'a ni pieds ni chaussures. C'est la capacité à être en vie, et par là être vivant de toutes les manières possibles qui soient.
C'est un voyage, un rituel, une prière, une transformation, un charme, une incantation, une visualisation, une forme même de prémonition et divination, c'est un enchantement!
Je m'arrête là je pourrais continuer des heures.
Intarissable sur le sujet
:D
Je terminerais par cette citation de je ne sais plus quel Grand de la discipline, on dira parole de danseur:
"Danser, c'est à la fois être l'élève, le manuel, et le professeur"
utopie
 
Message(s) : 2
Inscription : Dim 27 Jan 2013 09:38

Re: Danse sacrée

Message par Blodeuedd » Lun 28 Jan 2013 15:09

Merci Utopie pour ce partage, on sent bien toute la passion derrière ^^. J'aime beaucoup ta première citation, elle me parle bien. Personnellement, la danse me renvoie à ce besoin de continuer malgré tout, à ne pas m'arrêter, sans forcément me sentir "mal". Et je trouve qu'elle permet les deux à la fois, savoir trouver et perdre (soi et le reste). J'ai du mal à bien traduire l'idée, mais j'apprécie l'impression "d'avec" à travers cet exercice, qui dissout un peu le "par" ou le "pour". C'est un bon moyen de communication et de communion (que j'essaie d'utiliser un peu plus dans mes pratiques du coup).
Blodeuedd
 

Re: Danse sacrée

Message par utopie » Mar 29 Jan 2013 14:01

Oui oui la force de vie ;)
Le moteur de nos cheminements..
Si tout se "dissout" il ne reste plus que ça au final...
Pour la citation" Danser, danser..."
C'est de Pina donc, une grande dame!
Très beau documentaire de Wim Wanders: Pina
En hommage au personnage, rien que les bandes annonces valent le coup!
:)
utopie
 
Message(s) : 2
Inscription : Dim 27 Jan 2013 09:38

Re: Danse sacrée

Message par Groucho » Mar 29 Jan 2013 18:24

La danse c'est la liberté à l'état pure, il faudrait être comme on danse.
Faux-monnayeur.
Avatar de l’utilisateur
Groucho
 
Message(s) : 105
Inscription : Sam 6 Oct 2012 22:28

Re: Danse sacrée

Message par Mirag » Dim 21 Juil 2013 06:25

Merci pour tous ces renseignements ,
Mais en cours d'histoire on m'a toujours dit que les génies étaient des esprits défin de la famille qui veillait sur celle ci.
Et que dionysos est le dieu du vins chez les grecs

Si non pour les danses j'ai lu que la présence de deux éléments opposer (ex: eau et feu = froid et chaleure,... )
La mort est réservé au mortel et l'immortalité au dieu.
Mais personne ne sait de quoi l'avenir est fait!
Eayara
Avatar de l’utilisateur
Mirag
 
Message(s) : 2
Inscription : Sam 20 Juil 2013 15:51

Re: Danse sacrée

Message par SophieAime » Dim 21 Juil 2013 14:20

Mirag a écrit :Et que dionysos est le dieu du vins chez les grecs


:o :google:
Avatar de l’utilisateur
SophieAime
 
Message(s) : 26
Inscription : Mer 17 Juil 2013 19:03
Localisation : Aquitaine


Retour vers Histoire de la magie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot] et 15 invité(s)